1.    Est-ce que je risque de me planter en achetant un robot d’occasion ?

OUI ! et à plusieurs niveaux : risque d’acheter le mauvais modèle par manque de conseils, risque d’acheter un robot pas fiable car mal expertisé et mal révisé, risque d’acheter un robot qui n’est pas aux normes, c’est déjà beaucoup. Pourtant il y a encore un plus grand risque : risque de prendre un client mécontent : soit l’utilisateur final du robot si vous êtes intégrateur soit si vous êtes cet utilisateur ne pas pouvoir produire dans les délais en quantité et qualité suffisante si vous ne pouvez pas compter sur le robot. Là les pertes peuvent être énormes.

Pour s’affranchir de ces risques : passer par un Professionnel qui vous offre des garanties.

 

2.    Qu’est-ce que j’ai à gagner à acheter un robot d’occasion ?

 

Si vous êtes client final et que vous souhaitez vous robotiser le plus vite possible pour rester compétitif, le fait de payer vos robots moins cher vous permet de robotiser plus vite à valeur constante et donc de prendre moins de risque d’être sorti du Marché par manque de compétitivité.

SI vous êtes intégrateur, la meilleure solution est de proposer un plan B avec un robot d’occasion récent afin de ne pas perdre un marché que vous concurrents plus avertis sur l’occasion pourraient vous ravir.

Egalement, que vous soyez Intégrateur ou client final du robot le fait qu’il soit disponible de suite sur stock permet de ne pas vous pénaliser en délai, le chemin critique se faisant alors sur l’Ingénierie autour du robot. Le gain de temps est énorme quand les constructeurs de robot saturent sur leurs usines de Production et demandent jusqu’à 12-16 semaines de délai de livraison comme ça été le cas les dernières années record de vente.

A noter que le robot que vous achetez a souvent déjà une commande de préhenseur, un faisceau, une embase et racheter ces matériels (qui sont parfois donnés) peut vous faire gagner et du temps et de l’argent, en plus du gap robot neuf/robot occasion.

Un autre avantage du robot d’occasion qui commence à avoir du poids : en évitant la construction d’un nouveau robot forcément source de pollution et de consommation de CO2 vous faites un geste pour la Planète, en rentrant dans l’Economie Circulaire…. Et ça, ça vaut d l’Or !

 

 

 

3.    Un robot d’occasion est-il aussi fiable qu’un robot neuf ?

 

A cette question on pourrait répondre : est-ce qu’une voiture d’occasion est aussi fiable qu’une voiture neuve ? Et on se rend compte que la réponse n’est pas soit « oui » soit « non ».

Les critères de fiabilité renvoient aux  questions :

Combien d’heures a ce robot ?

Que faisait-il avant ?

A-t-il été révisé, par qui et jusqu’où ?

Est-il garanti ?

Il vaut mieux acheter un robot de moins de 25 000 heures, n’ayant pas forcé en 3*8 sur une chaine haute cadence pendant 10 ans. Il doit avoir été révisé à 100% par un professionnel (constructeur ou indépendant free-lance). Il doit être garanti au moins 6 mois. Attention également à certains « brokers » qui stockent les robots dehors sous les intempéries…ou dans des locaux non tempérés. Favorisez les entreprises qui font ce métier depuis longtemps et qui ont eu le temps de capitaliser de l’expérience, du sérieux et de la formation.

4.    Je possède un robot des années 90 : puis je le réintégrer dans ma production ? Sera-t-il aux normes de 2020 ?

 

Clairement NON, il n’est plus aux normes de sécurité. On citera en particulier le fait que la plupart de ces robots n’avaient pas double chaine de sécurité comme les KUKA KRC1, FANUC RJ2, STAUBLI CS7. ABB, constructeur suédois, avait double chaine dès l’IRB 2000 en 1986 mais ce n’est pas pour autant qu’on peut intégrer un système S4. A partir du moment où un robot n’est plus de la dernière génération, il convient de regarder s’il existe un kit de remise aux normes et là encore il vous faudra l’avis d’un professionnel.

 

 

5.    Vais-je retrouver des pièces détachées fiables pour mon robot d’occasion ?

 

Ça dépendra déjà à qui vous posez la question : les constructeurs de robots ne garantissent pas et c’est légal, d’avoir des pièces au-delà du délai légal de 10 ans après la commercialisation.  Mais il existe des entreprises spécialisées dans les pièces d’occasion  ayant un site internet ou une boutique EBay.

L’échange standard est une solution plus économique que la fourniture (environ -30%). Eviter les particuliers qui n’offrent pas de garantie.

6.    Y a-t-il beaucoup de robots d’occasion ?

 

Allez va, on a le droit de poser des questions stupides : tous les robots sortis de l’usine de fabrication sont d’occasion soit : 2 millions 439 milles 543 en 2018 d’après l’IFR. Beaucoup trop peu ont droit à une 2eme ou 3eme vie, par négligence des propriétaires mais aussi manque d’information des acheteurs potentiels, d’où ce document qui sera complété fonction de l’intérêt observé par ses lecteurs.

7.    Quelle est la part de marché de l’occasion ?

 

Pas évidente comme question, vu que personne ne recense chaque année les robots vendus d’occasion. Nos 15 ans d’expérience du marché nous autorisent à supposer : 10% seulement.

Là on est très loin des 2.6 voitures d’occasion vendues contre 1 neuve  en France en 2019  (source : Caradisiac.com)

8.    Quelle est la durée de vie d’un robot industriel ?

 

Pour estimer cette durée de vie, il faut savoir si le robot a été correctement entretenu : en effet le piège pour les industriels est que ces bestioles sont conçues pour être très, très, très fiables .(disponibilité >99.9 %) Et de ce fait certains tirent sur la corde pour des révisions devant souvent être sous-traitées au constructeur et plutôt onéreuses. (il n’y a pas qu’en Robotique qu’en compensation des prix tirés sur les produits, les constructeurs cherchent à se rattraper sur le Service)

 

 

 

9.    Où puis-je acheter un robot d’occasion ?

 

Chez un professionnel qui pourra non seulement vous apporter une sécurité sur la qualité et le délai d’approvisionnement mais également de l’assistance à l’installation et du conseil sur l’Intégration, la formation, et aussi vous faire la maintenance les années suivantes. Pour trouver ce professionnel, il suffit de taper « robot occasion » sur Google et ensuite de vérifier les points dont nous vous parlons.

 

10.                      Mon robot a une grave panne : bloc variateur des 6 axes HS ou réducteur mort : dois-je le faire réparer ?

Attention : l’acharnement thérapeutique peut vous emmener très loin dans les frais quand on connait le prix d’un bloc variateur 6 axes ou un gros réducteur : peut aller jusqu’à plus de 10 k€, sans compter les heures et frais de réparation. Il vaut mieux parfois repartir sur un robot d’occasion du même modèle même génération : vous avez parfois possibilité de ne changer que le bras, ce qui vous limite le temps d’arret de production et en terme de budget sera souvent moins cher

11.                      Y a-t-il un vrai écart de prix entre un robot d’occasion et un robot neuf ?

 

Comme aujourd’hui peu d’entreprise demandent un robot d’occasion et donc que l’offre est largement supérieure à la demande, il y a de vraies bonnes affaires dans ce domaine. L’étendue va du robot de l’année en cours qui n’a fait que des salons et sera de l’ordre de 30% de moins sur une Price Liste standard constructeur au robot de plus de 10 ans qui au perdu de l’ordre de 60% de son prix : A noter cependant que l’écart en absolu peut être très grand sur un gros robot qui serait à 60 k€ neuf et qu’on pourra trouver à moins de 20 k€ d’occasion.

 

 

 

12.                      Puis-je acheter une cellule robotisée complète d’occasion et pour quel process ?

 

Bien sûr, et parfois vous la paierez 10% du neuf ! Cà été le cas pour des cellules de soudage de fortes pièces vendues entre 300 et 600 k€ d’origine et cédées 15 ans plus tard entre 20 et 60 k€ : plus les matériels sont spécifiques à un process, plus le cout en occasion est dévalué suite à la faible demande. Les cellules complètes le plus couramment vendues est en process soudage MIG/MAG.

Mais nous avons l’expérience de l’usinage de composites, l’ébavurage, le pliage, la palettisation.